« Traduire moins, mais mieux » ou comment réduire les coûts tout en bénéficiant d’un meilleur impact

Alors que les volumes de textes à traduire sont de plus en plus conséquents, il est essentiel de savoir maîtriser son budget de traduction. Si les coûts de traduction reflètent les compétences professionnelles des traducteurs, ils dépendent aussi de l’efficacité de leurs méthodes de travail et des outils qu’ils utilisent. Les coûts de traduction étant … Lire la suite « Traduire moins, mais mieux » ou comment réduire les coûts tout en bénéficiant d’un meilleur impact

Publicités

Ouverture de notre boutique d’objets personnalisés en russe

  VOTRE TEXTE EN RUSSE SUR DES OBJETS DE VOTRE CHOIX ! RIEN QUE POUR VOUS OU VOTRE ENTREPRISE !    

Formation : 5 % de remise sur votre devis !

5 % de remise sur votre devis ! Inscrivez-vous vite !      

Mandelstam, 1924 le contemporain de personne

André Markowicz  Cette chronique (trop longue, comme souvent— mais vous prendrez le temps quand vous voudrez ) sur un poème de Mandelstam sera un peu différente de celles que j’ai déjà consacrées à la « traduction sans traduire » de poèmes russes pour lesquels je ne peux pas donner de traduction écrite. Le fait est … Lire la suite Mandelstam, 1924 le contemporain de personne

Le Semeur, Pouchkine, Marina Tsvétaïéva

André Markowicz C’est un poème de Pouchkine écrit, en 1823, dans un moment de solitude et de désespoir absolu. Une crise fondatrice : Pouchkine avait vu s’effondrer autour de lui tous les espoirs de faire chuter les autocraties européennes, et, en Russie, il avait entré en désaccord fondamental avec ses amis qu’on allait appeler « … Lire la suite Le Semeur, Pouchkine, Marina Tsvétaïéva

Celle qui est restée, Anna Akhmatova, 1917

Celle qui est restée, Anna Akhmatova, 1917 ( chronique de André Markowicz ) C’est un poème daté de «l’automne 1917 », sans autre précision. Est-ce avant la « révolution » d’Octobre, est-ce juste après ? Toujours est-il qu’il est là, cinq strophes de tétramètres iambiques (une de nos formes d’octosyllabes), avec des rimes croisées, A … Lire la suite Celle qui est restée, Anna Akhmatova, 1917

Первый раз в кабине синхрониста

Хлеб устного переводчика кажется постороннему наблюдателю обманчиво-легким. С точки зрения такого постороннего, от переводчика вообще ничего не требуется, кроме владения иностранным языком. Знать ничего не надо: что именно говорить, сообщит оратор. Понимать ничего не обязательно: просто подставляй слова, а понимать, что это все значит, будет слушатель – получатель сообщения. Готовиться к переводу мероприятия переводчику вовсе … Lire la suite Первый раз в кабине синхрониста