L’Harmonica de verre (1968, sous titré anglais vost ) d’Andreï Khrjanovski : La dissidence sous de nouvelles formes

Andreï Khrjanovski a commencé à étudier l’animation et à réaliser des films dans l’atmosphère plus tolérante, bien qu’ambiguë, qui caractérisait le dégel khrouchtchévien, période pendant laquelle un certain nombre d’animateurs se sont mis à expérimenter de nouveaux styles et à créer des films destinés à un public adulte traitant de problèmes d’actualité. Avec L’Harmonica de verre, Khrjanovski s’est risqué à présenter une critique sévère du système dans un style qui se démarquait clairement du style disneyen adopté par le studio Soïouzmoultfilm dans les dessins animés pour la jeunesse. En proposant un message subtil sur la situation de l’artiste dans un système totalitaire et adoptant un style contrastant avec le style officiel et approuvé, il a créé une oeuvre d’art qui, malgré sa qualité exceptionnelle, ne pouvait guère être acceptée par les autorités.