Vladimir Sichov – Photographe de la vie quotidienne en URSS

Vladimir Sichov se passionne dès l’adolescence pour la photographie, en commençant au lycée de Touapsé, ville au bord de la mer Noire à 80 km de Sotchi (Caucase russe), pour fixer ses camarades de classe, les musiciens de l’orchestre dans lequel il joue, et les scènes du marché et de la gare. Il continue pendant ses études d’ingénieur à l’Institut d’aéronautique de l’université de Kazan (1964-1969), où il découvre en 1965, à 19 ans, sa vraie vocation, la photographie.

Il effectue ensuite son service militaire comme sous-lieutenant au cosmodrome de Baïkonour. Il prend des clichés de tout ce qu’il voit, y compris ce qu’il est interdit de photographier, avec son Zenit, un appareil de fabrication soviétique. Il travaille pour son plaisir, ne pouvant publier ses photos. La photographie de rue non officielle ne peut être publiée en URSS, alors qu’en Occident se tient en 1966 la première exposition sur le paysage social, au musée de la photographie de Manchester.

Vladimir Sichov s’installe à Moscou en 1972 et devient photographe professionnel pour des maisons d’édition. Il organise avec sa femme Aïda Hmeleva, dans leur appartement du centre de Moscou, de 1974 à 1979, tous les dix jours, des présentations d’œuvres de peintres russes « non officiels » interdits d’expositions. Il y reçoit de nombreux peintres, qui deviendront pour la plupart célèbres après la chute du régime communiste. Il fait ainsi des centaines de portraits de peintres comme Anatoly Zverev, Oscar Rabin, Ilia Kabakov, Vladimir Nemuskin, Vladimir Yakovlev, Leonid Purygin… Il devient leur ami et est désormais reconnu par eux comme un photographe d’artistes.

Considéré comme dissident et surveillé par la police, Vladimir Sichov préfère quitter son pays. Il émigre avec sa femme et leurs enfants Anastasia et Nikita, ce dernier n’ayant que 6 ans, et se retrouve avec eux et une valise comme tout bagage à Vienne.

Avant son départ, le photographe a réussi à faire passer clandestinement en Occident 5 000 rouleaux de pellicule, soit 180 000 clichés. C’est le premier photographe soviétique à être arrivé à l’Ouest avec ses archives de la vie quotidienne. Deux photos sont publiées dans l’hebdomadaire Stern. Elles sont remarquées par Roger Thérond, dirigeant de Paris Match, qui fait rechercher partout le photographe, sans résultat. Vladimir passe quelques mois plus tard à Paris, en route pour les États-Unis. Il y rencontre Gökşin Sipahioğlu, qui le présente aussitôt à Michel Sola et Roger Thérond.

Paris Match publie, au début de 1980, 44 pages de photographies en deux cahiers sur la vie quotidienne en URSS. C’est un grand succès qui fait connaître Vladimir Sichov en Occident et l’amène à se fixer à Paris. En mai, Life publie 14 pages de photographies, Stern 50 pages et Oggi en présente dans 8 numéros, le tout étant sans doute un record international. Helmut Newton recommande Vladimir Sichov à Vogue Paris, qui lui propose un contrat de deux ans. La première publication, dans le numéro de septembre 1980, est de 40 pages de photographies. Vladimir Sichov commence à publier dans d’autres journaux, comme People aux États-Unis et L’Illustré en Suisse. La même année, l’artiste sort un livre sur les Russes, édité par Paris Match et préfacé par Roger Thérond, contenant 166 pages de photographies.

Moscou années 1970

Publicités
Unique
Mensuellement
Annuellement

Faire un don ponctuel

Faire un don mensuel

Faire un don annuel

Choisir un montant

€5,00
€15,00
€100,00
€5,00
€15,00
€100,00
€5,00
€15,00
€100,00

Ou saisissez un montant personnalisé :


Votre contribution est appréciée.

Votre contribution est appréciée.

Votre contribution est appréciée.

Faire un donFaire un don mensuelFaire un don annuel

Laisser un commentaire Ваш комментарий

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s