Vladimir Vyssotski, le cri de l’âme (1938-1980)

France CULTURE
Le Vol arrêté, Vladimir Vyssotski |
Comme l’homme qui sait en se voyant mourir  
Qu’il n’aura plus jamais le temps  
Un jour de plus il aurait pu chanter  
Faute au destin, faute à la chance  
Faute à ses cordes qui s’étaient cassées
Son chant s’appellera silence.
Publicités

Laisser un commentaire Ваш комментарий

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s