La musique d’une vie – Makine

Bar aux Lettres

C’est un très court et très doux roman, d’une belle délicatesse et pourtant rien de vraiment doux s’y passe. Au contraire, on est jeté dans le froid sans pardon de Russie des années 30.

Andreï Makine, La musique d’une vie, Editions du Seuil, 2001, 130 pages.

andrei-makine-la-musique-d-une-vie.gifC’est un très court roman comme je le disais, l’article ne sera donc pas bien long. Nous voilà à nouveau jeté dans un monde où l’intelligentsia est chassée. L’intelligentsia ? Une pauvre famille de pianiste tout ce qu’il y a de plus humble pourtant… Mais ils étaient à Moscou et la répression faisait rage.

Tout en sensibilité, le narrateur raconte l’histoire de son compagnon d’un soir. Compagnon d’infortune : perdus dans une gare, elle-même perdue, en Sibérie, des heures de retard, qu’on ne sait pas même si ce sont des jours ou des semaines, et ce compagnon avec qui ils discutent de leur…

Voir l’article original 109 mots de plus

Publicités

Un avis sur “La musique d’une vie – Makine

Laisser un commentaire Ваш комментарий

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s