Le modèle soviétique des studios : l’exemple de Lenfilm

Natacha Laurent
Vingtième Siècle. Revue d’histoire  Année 1995

 

Hollywood-sur-Neva? À l’instar des États-Unis, il existe bel et bien un modèle soviétique de studio. Mais loin d’être figé, ce modèle reste pluriel: chaque entreprise, l’exemple prestigieux de Lenfîlm l’illustre, conserve ses spécificités et évolue au fil des temps.

Les studios de cinéma de l’ex-URSS sont aujourd’hui dans une situation alarmante. Victimes de la disparition des structures centrales de commandement et de leurs principales sources de financement, ils ont dû licencier une grande partie de leur personnel, fermer de nombreux ateliers et louer certains de leurs locaux à des entreprises commerciales. Les plus entreprenants tentent de se transformer en une simple base technique, mais les moyens manquent pour moderniser des installations vétustés.

Au début des années 1980, l’Union Soviétique comptait près d’une vingtaine de studios de cinéma à raison d’un par république fédérée. Seule la Russie en possédait cinq (Mosfilm, Lenfilm, les studios Gorki, les studios de Sverdlovsk et Sojuzmul’tfilm), sans compter la dizaine de studios spécialisés dans la production de films documentaires et d’actualité. Bien que chacun eût une identité propre, tous étaient conçus et organisés selon des tères communs: centralisation poussée, organisation très intégrée, tendance au gigantisme, prépondérance des objectifs politiques… Les studios de l’ancienne Union Soviétique étaient de véritables entreprises qui assuraient l’ensemble du processus de production, de l’écriture du scénario au tirage des copies. La question se pose donc de l’existence d’un modèle soviétique de studios. Quand et comment celui-ci s’est- il constitué? En quoi les studios soviétiques se distinguaient- ils des studios européens et nord-américains?

Se poser ces questions, c’est s’aventurer sur un terrain que les spécialistes du cinéma soviétique ont encore peu abordé. Si l’histoire des films et des réalisateurs les plus célèbres est désormais relativement bien connue, celle des structures économiques et sociales de ce cinéma reste encore largement à faire. Certes, les aspects politiques ont déjà été abordés, notamment par les Anglo-Saxons Richard Taylor et Peter Kenez1. Mais les structures de production, l’organisation de la distribution et de la diffusion (à l’intérieur de l’URSS et vers l’étranger), et surtout lefonctionnement des studios sont mal connus, malgré les travaux récents de l’Américain Peter Kenez et des Russes Maja Turovskaja et Victor Listov.

Il est donc difficile pour l’instant d’étudier le processus de production dans son ensemble. Il est néanmoins possible, à travers un exemple précis, d’analyser le fonctionnement d’un grand studio soviétique, d’identifier ses spécificités et donc de se poser la question de l’existence d’un modèle soviétique. Le cas des studios de Leningrad s’impose pour les raisons suivantes: Lenfilm (abréviation de Lenin- gradskij Film) est le premier studio de cinéma fondé par les Bolcheviks en avril 1918. Il est devenu, avec son concurrent moscovite Mosfilm, l’une des plus puissantes structures de production cinématographique en Union Soviétique, et a joué un rôle moteur dans les années 1920 et 1930. Il est aussi à l’origine de la création des premiers studios dans les républiques d’Asie centrale. Enfin, il a acquis au cours de son histoire une identité particulière qui fait dire à certains qu’il existe un «esprit Lenfilm». Celui-ci serait caractérisé par une certaine indépendance à l’égard de Moscou, un goût notable pour l’avant-garde et une solidarité relativement forte entre les cinéastes.

Les studios de Leningrad se sont édifiés en trois temps qui correspondent à des modifications importantes dans leur organisation. Dans un pays comme l’Union Soviétique où le pouvoir a cherché à contrôler au maximum le cinéma (avec plus ou moins de succès), celles-ci sont étroitement liées à l’histoire politique. Certes, on retrouve tout au long de l’histoire de Lenfilm des constantes, notamment dans les critiques des réalisateurs et des scénaristes à l’égard du département des scénarios ou du mode de sélection des acteurs. Mais s’il existe un modèle soviétique des studios, il est clair que celui-ci est évolutif. Les années 1920 sont, pour Lenfilm, celles des recherches artistiques et des expériences socio-économiques. Le monopole d’État sur le cinéma n’existe pas encore et Lenfilm (qui adopte cette appellation dans les années 1930 seulement) n’est alors qu’une des multiples entreprises cinématographiques de Leningrad. Les années 1930, souvent considérées comme l’âge d’or de Lenfilm, sont marquées par une reprise en main générale: concentration, centralisation, établissement d’un monopole étatique, mise au pas des oppositions. Les studios de Leningrad adoptent alors une configuration quasi définitive. Après la seconde guerre mondiale, Lenfilm est reconstruit et agrandi. Mais malgré une tentative de décentralisation et la mise en place d’une censure plus sophistiquée dans les années I960, ses structures ne se sont pas fondamentalement modifiées.

Avant-garde des années 1920

Lorsqu’il fonde le Comité de cinéma de Petrograd (ancêtre de Lenfilm) le 30 avril 1918, Lénine lui confie une mission très précise: assurer la propagande du nouveau régime dans toute la région de Petrograd. Pour les Bolcheviks, l’action du Comité, qui dépend du Commissariat du peuple à l’Instruction publique, est avant tout pédagogique. Au cours de son histoire, Lenfilm n’a pas renié les objectifs que son fondateur lui avait fixés. Comme tous les autres studios du pays, il était tenu de servir les intérêts de l’État soviétique ce qui ne l’a pas empêché, notamment dans les années 1920, de rechercher aussi une certaine rentabilité économique.

Publicités

Laisser un commentaire Ваш комментарий

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s