Chichkine : un tableau au destin étonnant

 

Chichkine : un tableau au destin étonnant

Marion Word

 

Lorsqu’en 1889, Ivan Chichkine posa ses pinceaux, après avoir mis la touche finale à sa nouvelle toile intitulée « Matin dans une forêt de pins », il était loin d’imaginer le succès et le retentissement qu’elle connaîtrait. Déclinée sur plusieurs supports et élue maintes fois « tableau préféré des Russes », cette œuvre fait partie, en Russie, de la vie de chacun et traverse les années en suscitant une émotion sans faille.

L’histoire de ce tableau dépassant largement le cadre de la Galerie Trétiakov, où il est exposé à Moscou, partons ensemble à la découverte d’un peintre exceptionnel et d’une œuvre incontournable, profondément ancrée dans la culture russe…Suivez le guide, c’est par ici !

En parcourant les allées de votre épicerie russe, votre œil a sûrement été attiré par tous ces bonbons si joliment emballés dans du papier coloré et, en y repensant, vous vous rappellerez ceux avec les petits ours proposés dans un papier turquoise. Ou alors, c’est le rayon du chocolat qui a eu votre préférence et, à nouveau, vous êtes tombés sur ces oursons… Bizarre, me direz-vous, d’autant plus qu’il vous semble les avoir déjà vus sur des boîtes décoratives, des affiches ou des livres d’enfant ! Bravo, vous avez raison, ils sont partout, et les Russes les adorent. Mais pour être sûr de retrouver leurs ancêtres, il faudra vous rendre à la Galerie Trétiakov de Moscou, et admirer le tableau d’Ivan Chichkine intitulé « Matin dans une forêt de pins »…

Ivan Chichkine, ou le Géant de la forêt russe
Ivan Chichkine, peint par Ivan Kramskoï (1880)

Une vocation de peintre

Ivan Ivanovitch Chichkine (Иван Иванович Шишкин) est un peintre russe du 19 ème siècle, maître dans l’art de peindre les paysages de Russie, et notamment la forêt.

Il est né le 25 janvier 1832 à Yelabuga, dans l’Oural, à 200 km à l’est de Kazan, où il passe son enfance. Très jeune, il se découvre une passion pour le dessin et ne veut surtout pas devenir fonctionnaire ! A l’âge de 16 ans, il quitte le lycée de Kazan, revient vivre dans sa famille, et dessine en permanence. Ses parents, commerçants de profession, comprennent rapidement qu’il sera peintre et le soutiennent sincèrement dans ses choix.

A l’âge de 20 ans, il entre à l’Ecole de peinture, sculpture et architecture de Moscou. Il y étudie pendant quatre années, avant d’intégrer l’Académie impériale des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg en 1856. Il en sort quatre ans plus tard, en obtenant la Médaille d’Or, haute distinction qui lui permet de bénéficier d’une bourse pour partir étudier à l’étranger.

Il poursuit donc ses études en république tchèque, en Suisse, en France, et surtout à Düsseldorf, en Allemagne, où il entre à l’Académie des Beaux-Arts en 1864. Mais sa Russie natale lui manque, et il rentre à Saint-Pétersbourg deux ans plus tard. Il y devient membre de l’Académie et enseigne à l’Ecole supérieure des Arts, en tant que professeur spécialisé dans les paysages. Il est à l’origine du genre dit « des paysages forestiers » dans l’ art russe.

Il intègre le mouvement des Ambulants (Передвижники), groupement de peintres réalistes russes qui, de 1863 à 1890 environ, seront en réaction contre la peinture jugée trop académique. En 1871, il fonde la Société des Aquarellistes. Ivan Chichkine participe également à l’Exposition Universelle de Paris en 1867 et 1878, et Vienne en 1873.

Il meurt d’une crise cardiaque le 20 mars 1898 (66 ans), à Saint-Pétersbourg, en plein travail… comme il l’avait toujours souhaité, « d’un coup, sans souffrir ». Il est enterré au cimetière Tikhvine de Saint-Pétersbourg.

 

Un peintre réaliste perfectionniste

Ivan Chichkine, peint par Ivan Kramskoï (1873)

Les tableaux de Chichkine sont fondés sur un réalisme rare, et représentent la nature brute et sauvage de son pays natal telle qu’il la voit, sans enjoliver les paysages comme le faisaient les peintres italiens et allemands à la mode à cette époque-là. Chantre de la forêt russe, Chichkine est considéré comme l’un des meilleurs paysagistes que la Russie ait jamais connu. La technique du peintre repose sur une étude analytique approfondie de la nature. Il connaissait tous les détails botaniques des arbres, au point de terroriser ses élèves par une telle exigence !

 

Lire la suite : http://russiemeconnue.fr/chichkine-un-tableau-au-destin-etonnant

 

Publicités

Laisser un commentaire Ваш комментарий

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s