Seize ans après l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, des scientifiques français aident les Biélorusses à trouver des solutions pour survivre sur des terres qui ont absorbé près de 70 % des retombées du nuage radioactif. Une série de rencontres émouvantes avec des paysans désemparés, face à une nature insidieusement monstrueuse. Le 26 avril 1986, la centrale de Tchernobyl explose, libérant dans l’atmosphère un nuage radioactif qui contamine notamment près d’un tiers de la surface de la Biélorussie. En 1998, une équipe de recherche française choisit Olmany, petit village de l’ouest du pays situé en “zone de relogement volontaire”, pour mener une expérience inédite. Le projet, baptisé ETHOS, vise à créer les conditions d’une réhabilitation durable de la vie dans ces territoires contaminés en impliquant la population et les autorités locales. Le film rend compte de l’aventure vécue ensemble par les scientifiques et des habitants d’Olmany, au moment du quinzième anniversaire de la catastrophe. Si le vent avait soufflé dans l’autre sens… Dans le sud-est de la Biélorussie, les vastes forêts de la région de Terebejov abondent en baies sauvages et champignons. Mais ces mets sont désormais interdits à la consommation. “C’est la mort elle-même”, soupire une paysanne en regardant les champignons. “La radiation est devenue notre seigneur. Nous cueillons des baies sans pouvoir les manger, comme des prisonniers.” En filmant le travail des scientifiques français et la vie des habitants d’Olmany, Sylvaine Dampierre nous fait pénétrer un univers littéralement coupé du monde. “Quelque chose s’est cassé. Je ne sais pas si c’est dû à la radiation, la joie de la vie est absente ici.” Les hommes et les femmes d’Olmany paraissent brisés, sans illusions. “Il faut vivre ici, personne ne nous attend dans des terres meilleures.” Alors, avec l’aide des Français, les Biélorusses apprennent à limiter les risques, à consommer des aliments moins radioactifs de façon à enrayer la contamination, qui se fait à 80 % par la nourriture…

Pouvons-nous vivre ici ?

Un film de Sylvaine Dampierre

2002, 57′

Trois villages du district de Stolyn, en Biélorussie, à 200 kilomètres de Tchernobyl. Dans cette zone, le taux de radiation a été jugé trop faible pour justifier l’évacuation systématique de la population.

Seize ans après la catastrophe, la vie continue dans un paysage apparemment inchangé. Ces communautés de paysans sont confrontées quotidiennement à une menace invisible. Une équipe de chercheurs français travaille dans cette région pour étudier les conséquences de la contamination nucléaire et mettre au point des méthodes concrètes pour se protéger mais leur volontarisme se heurte à la lassitude des habitants, au délabrement économique et au blocage politique de ce pays.

Tchernobyl leur a volé leur avenir et celui de leurs enfants. La présence des Français sur ce terrain nous rappelle que nous vivons dans un monde où ce désastre a eu lieu, où d’autres désastres sont possibles, un monde commun.

Pouvons-nous vivre ici ?

 

LES FILMS INVISIBLES

Invisible, tel est aujourd’hui le statut d’un grand nombre de films documentaires pourtant intéressants. Produits dans des conditions marginales ou ayant suivi les circuits classiques de production, ces films réalisés ces dernières années, malgré leurs présences initiales dans d’importants festivals, ne sont plus diffusés.

Devenus invisibles, ils sont pourtant le refuge d’une part non négligeable de la créativité en France.

Film-documentaire.fr rend de nouveau visible une sélection de ces films en les proposant régulièrement en accès libre.

Découvrir Les Films Invisibles

 

Source : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_visionner/49_1

 

Publicités

Pouvons-nous vivre ici ?

Laisser un commentaire Ваш комментарий

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s