БАЛЕРИНА : BERTRAND NORMAND NOUS RACONTE LA DANSE EN RUSSIE

Balletdos

Au Théâtre Mariinski, à Saint-Pétersbourg, virevoltent les pointes.
Celles d’Alina Somova dont la silhouette longiligne ravit le coeur de ses professeurs.
Celles d’Evguenia Obraztsova à la chevelure de feu, qui espère devenir étoile.
Celles de son aînée, Svetlana Zakharova, déjà nommée. A quand les paillettes de Moscou?
Celles de Diana Vishneva, qui n’ont plus rien à prouver. 
Et celles d’Ouliana Lopatkina, idole sacrée, aux pointes brisées suite à une grave blessure.

Cinq danseuses, toutes futures étoiles russes, évoluent sous la caméra de Bertrand Normand. Réalisateur du film Ballerina, considéré comme le meilleur film sur le Théâtre de Mariinski, il sous-titre pour nous la danse en cyrillique.

POURQUOI AS-TU CHOISI CES CINQ DANSEUSES?

C’est un choix personnel, mais surtout progressif. Je ne connaissais rien à la danse quand j’ai débarqué avec ma caméra au Théâtre Mariinski. Tout ce que je savais, c’est que je voulais différents âges. Alors j’ai décidé de filmer plusieurs classes de ballerines à l’école de danse de l’Académie Vaganova. Au début, les danseuses m’ont toutes parues similaires. Puis, petit à petit, malgré les justaucorps noirs identiques, j’en ai repérée une: Alina Somova. Je n’arrivais plus à la quitter des yeux. Quand j’ai demandé son nom à sa professeur, celle-ci m’a souri, complice. J’ai compris qu’elle approuvait mon choix. Je ne me suis d’ailleurs pas trompé: elle est aujourd’hui étoile au Mariinski.

Pour les quatre autres, le choix a été plus facile: Evguenia Obraztsova a une personnalité qui se détache très facilement de ses camarades, et nous avons très rapidement noué une belle amitié. Svetlana Zakharova était déjà étoile, une des plus jeunes qu’ait connu le Théâtre Mariinski. Choisir Diana Vishneva, au caractère très marqué, m’a aussi semblé une évidence – tout comme prendre l’étoile Ouliana Lopatkina: elle incarnait le stade ultime de la danseuse, et elle effectuait alors un retour très attendu, après avoir interrompu sa carrière pendant de longues années.

Je me suis alors rendu compte que j’avais choisi cinq danseuses aux carrières complémentaires: Alina commençait, Evguenia espérait être nommée étoile, Svetlana venait de l’être, Diana était à l’apogée de son art et Ouliana s’apprêtait à revenir… Le film trouvait avec ces cinq danseuses toute sa cohérence.

POURQUOI FAIRE UN FILM SUR LES BALLERINES RUSSES?

A un moment dans mon film, une baboushka attend les ballerines russes à la sortie des artistes. Elle a apporté à sa préférée, Evguenia Obraztsova, un jus d’orange et un livre. Cela fait soixante ans que cette grand-mère russe va chaque soir au ballet. Elle connaît chaque danseuse par coeur – ses meilleures représentations, ses coups de barre…

On ne se rend pas compte de l’importance que revêt la danse classique aux yeux des Russes. Sous l’Union soviétique, tout le monde pouvait aller voir des ballets, pour un kopeck à peine, libérés de toute considération financière! En Russie, la ballerine est une star. Et c’était encore plus marqué sous l’URSS: pendant les tournées à l’étranger, elles représentaient le pays aux yeux de l’Occident, elles étaient sa vitrine.

Lire la suite:

http://cccdanse.com/lemag/%D0%B1%D0%B0%D0%BB%D0%B5%D1%80%D0%B8%D0%BD%D0%B0-bertrand-normand-danse-russie-ballerine-mariinski-bolchoi-interview-femmes-russes-vishneva-obroztsova-zakharova-somova-lopatkina/

Publicités

Laisser un commentaire Ваш комментарий

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s