Les cinq fois où ma grand-tante a vu Alexandre Blok

https://www.facebook.com/andre.markowicz/posts/1616018635277109?fref=nf

Une chronique sublime d’André Markowicz.

« …Ce poème-là, que je suis absolument incapable de traduire tellement j’en comprends les enjeux, il l’analysait comme une espèce de sommet de l’art classique, du cosmos triomphant du chaos, comme un aboutissement de ce que Hugo appelle « Chaos vaincu ». Un ordre absolu, une harmonie parfaite, une musique absolument inouïe. C’est, réellement, un des plus grands poèmes jamais écrits en russe… »

Un enregistrement de la voix d’Alexandre Blok, fait en 1920
Publicités

Laisser un commentaire Ваш комментарий

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s