BELARUS : UNE ELECTION EN DOUCEUR SE PROFILE POUR LOUKACHENKA

Bélarus: Une élection en douceur se profile pour Loukachenka

Par Samuel DIRAISON*
Le 07/03/2015

L’année 2015 s’annonce décisive pour le Bélarus. L’élection présidentielle doit se tenir le 15 novembre prochain. Plus qu’un scrutin national, le contexte régional et les événements en Ukraine donnent à ce rendez-vous une teinte particulière.

 
Le résultat de ce scrutin ne fait aucun doute. Alexandre Loukachenka, en poste depuis 20 ans déjà, sera réélu sauf volonté contraire de sa part. Pourtant, la menace d’un soulèvement populaire du type Maïdan plane sur le scrutin. En 2010, suite aux résultats de l’élection présidentielle, des manifestations de protestation avaient eu lieu à Minsk. Elles avaient été rapidement réprimées. Certains analystes et journalistes estiment que l’exemple ukrainien pourrait inciter les Bélarusses à se mobiliser à nouveau avant et après l’élection pour faire pression sur A.Loukachenka[1].

En ce début d’année 2015, dans la perspective de cette échéance, il est intéressant d’avancer quelques éléments permettant une meilleure compréhension de la situation politique du Bélarus.

L’Ukraine comme élément dissuasif à la contestation

Les événements en Ukraine ont un effet paralysant sur la société bélarusse. Alexandre Loukachenka a su jouer de la situation pour tirer son épingle du jeu.

Tout d’abord, le fait que les négociations se déroulent à Minsk a été très positif pour son image[2]. Même si A.Loukachenka s’est simplement contenté de fournir un cadre pour les négociations, en septembre 2014 puis le 12 février 2015, il s’est posé en chef d’orchestre et élément stabilisateur pour la région. Là encore, ses analyses sur la crise en Ukraine sont intéressantes. Il arrive à conforter les Russes dans leurs positions, sans abandonner les Ukrainiens. Dans ce cas, le double discours du Président et des officiels bélarusses, relayé par les médias du pays, est frappant. Les propos ne sont pas les mêmes s’ils sont adressés aux citoyens bélarusses ou à des médias russes. C’est l’éternelle politique du «balancier bélarusse» dans les questions internationales, surtout lorsqu’elles concernent la Russie.

Le président A.Loukachenka utilise l’exemple de l’Ukraine comme épouvantail face à sa population. Son argumentation quant aux causes de la révolution en Ukraine, relayée par les médias sous contrôle, est la suivante. Il évoque la responsabilité des Occidentaux dans l’aggravation du conflit mais il affirme que les premiers responsables de la situation sont les Ukrainiens qui ont voulu se débarrasser d’un gouvernement corrompu[3]. Ces deux thématiques lui permettent de conforter son image sur la scène intérieure caractérisée par une absence de libertés mais également par la stabilité et par une corruption plus faible qu’en Ukraine et en Russie[4]. Le message sous-jacent est que les velléités démocratiques et l’agitation politique mènent à l’anarchie. Cela résonne comme un avertissement direct.

Des chiffres, publiés récemment par le NICEPI (Institut indépendant d’études socio-politiques[5]) montrent que seulement 13,4% de la population serait prête à manifester si des fraudes étaient déclarées à l’issue du scrutin et que 61,7% des Bélarusses estiment que l’opposition ne devrait pas appeler à des manifestations de masse.

Au final, les événements en Ukraine vont plutôt agir comme un élément dissuasif de tout changement au Bélarus. Les citoyens de ce pays ne veulent pas d’une situation à l’ukrainienne, qui s’apparente toujours aux chaos. Au lieu de raviver les mouvements de protestation, la situation de l’Ukraine a un effet inverse en semblant tétaniser la population et limiter les revendications pour plus de libertés.

La Russie joue les troubles fête

Début janvier 2015, une rumeur a couru dans les médias russes puis bélarusses sur une possible anticipation de la tenue de l’élection présidentielle et surtout d’un retrait de A.Loukachenka pour laisser la candidature, et donc la présidence future, à Ouladzimir Makeï, actuel ministre des Affaires étrangères. Cette manœuvre est interprétée par les analystes bélarusses comme une volonté russe de nuire à l’actuel Président. Cette rumeur a été communiquée par LIFE.ru à deux journalistes bélarusses qui l’ont diffusée sur les réseaux sociaux. L’information a ensuite été reprise par d’autres sites et s’est rapidement répandue…

Publicités

Laisser un commentaire Ваш комментарий

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s