Les investissements directs étrangers et la présence française en Russie

Les investissements directs français en Russie

a) La Russie est l’un des 3 premiers destinataires des flux d’IDE français en 2013.

Selon la Banque de France, les flux d’IDE nets français vers la Russie ont atteint 1,9 Md EUR en 2013. La Russie est ainsi la 3ème destination des flux d’IDE nets français (contre 10ème en 2010). En 2013 selon la Banque de France, les stocks d’IDE français en Russie ont atteint 19 Mds EUR, soit 1,9% du stock d’IDE français à l’étranger (les chiffres français diffèrent des sources russes en raison d’une différence méthodologique dans le calcul des stocks d’IDE).

b) Les investissements directs français en Russie sont très diversifiés.

-dans le domaine agroalimentaire, de nombreuses entreprises françaises ont investi en Russie. En 2010, Danone a pris une participation de 57,5 % dans le groupe Unimilk pour un montant de 1,3 Md USD. Unimilk étant la deuxième plus importante société russe dans le domaine des produits laitiers, la nouvelle entité détient 21% de parts de marché en Russie et 20 usines en Russie. De son côté, Lactalis possède deux usines en Russie et y fabrique de la crème, du fromage blanc et des fromages fondus. Avec le rachat de 85% du capital de Parmalat en juin 2011, le groupe est devenu propriétaire de deux usines supplémentaires à Ekaterinbourg et Belgorod, et occupe désormais une position significative sur ce marché. De son côté, Bonduelle est présent en Russie avec deux conserveries dans la région de Krasnodar. Le groupe Sucden est l’un des principaux investisseurs dans le secteur du sucre, avec 3 usines en Russie. Soufflet exploite une quinzaine de silos et possède une malterie dans la région de Saint-Pétersbourg. Diana-Spf construit actuellement une usine de produits pour l’alimentation des animaux de compagnie dans la région de Belgorod. Dans le secteur des vins, Castel est propriétaire d’une usine d’embouteillage de vins dans la région de Klin. De nombreuses autres entreprises comme Louis Dreyfus, Lesaffre, Cooperl, Roquette ont également réalisé des projets d’investissement en Russie.

-dans le secteur automobile, les constructeurs français sont présents industriellement en Russie et de plus en plus rejoints par les autres entreprises de la filière (usines Michelin, Faurecia, Valeo, etc). Renault possède une usine à Moscou (Renault Russie) d’une capacité proche de 190000 véhicules par an et est actionnaire depuis 2008 du constructeur automobile russe historique AvtoVAZ, dont Renault-Nissan possède 50% depuis mi-2014. De son côté, PSA a construit une usine d’une capacité de 125000 véhicules par an dans la région de Kalouga en partenariat avec Mitsubishi.

-dans le secteur des transports, le groupe Safran a investi près de 1 Md EUR en Russie depuis 2001 dans différents projets industriels du secteur aéronautique (source : Safran). Snecma (une entreprise du groupe Safran) a créé une coentreprise avec la société russe Saturn en 2009 pour concevoir et produire le moteur qui équipe le Superjet 100 de Sukhoi. En 2010, Alstom a acquis 25 % du groupe russe TransMashHolding, principal fabricant de matériel ferroviaire en Russie. Une filiale de Vinci Concessions est concessionnaire du 1er tronçon de l’autoroute Moscou-Saint-Pétersbourg.

-dans le secteur financier, la France est le 1er investisseur étranger en Russie. La Société Générale est l’une des banques étrangères les mieux implantées du pays grâce à sa filiale Rosbank. Celle-ci est la 8ème banque russe en termes d’actifs et le 2nd établissement privé de Russie. BNP Paribas (71ème), Crédit Agricole CIB (100ème) et Natixis (186ème) sont également implantées en Russie, où elles se concentrent essentiellement sur des activités de banque de financement et d’investissement. Les banques françaises occupent notamment de bonnes positions sur le segment des financements « export ».

Le secteur des assurances attire également les investissements français. En 2008, le groupe AXA a acquis 36,7 % de l’assureur russe Reso-Garantia (4e compagnie d’assurance de Russie) pour un montant de 810 M EUR. BNP Paribas et Société Générale sont également présentes dans le secteur des assurances via leurs filiales respectives Cardif et Société Générale Insurance & Life Insurance. Le groupe SCOR est actif sur le segment de la réassurance.

-dans le secteur de la distribution, les groupes français Auchan, Décathlon, Castorama et Leroy Merlin sont bien implantés sur le marché russe et continuent leur expansion. Auchan est le numéro 3 de la grande distribution en Russie (1er acteur étranger, devant METRO).

-dans le secteur du BTP et des matériaux de construction, Lafarge et Saint-Gobain ont développé leur présence en Russie ces dernières années et possèdent plusieurs sites industriels dans le pays. Saint-Gobain a récemment ouvert une usine de mortiers dans la région de Moscou ; le groupe Lafarge a ouvert une cimenterie en mai 2014 dans la région de Kalouga.

-dans le secteur de l’énergie, les principaux groupes français possèdent d’importants intérêts industriels en Russie. Total détient 40% du projet de développement du champ pétrolifère de Khariaga, dont il est opérateur. Le groupe détient aussi 17% du premier indépendant gazier russe Novatek, ainsi qu’une participation de 20% dans le projet de liquéfaction gazière Yamal LNG, mené par Novatek. Enfin, Total détient 25% du consortium créé pour le développement du champ gazier offshore géant Shtokman, au côté de Gazprom, projet mis actuellement en sommeil par le gazier russe.

Le groupe GDF Suez est entré au capital de Nord Stream à hauteur de 9% en juillet 2010 aux côtés de Gasunie (9%), E.On et BASF (15.5% chacun) et Gazprom (51%).

Dans le domaine des équipements électriques, les sociétés françaises (Schneider Electric, Nexans, etc…) ont renforcé leur présence en Russie ces dernières années en ouvrant des sites de production dans les régions. En 2013, Schneider Electric a acquis 100 % du capital du groupe russe SamaraElectroShield. Cette société est le principal fournisseur d’équipements électriques et de moyens d’automatisme pour de nombreux secteurs de l’industrie russe tels la métallurgie, les mines, l’industrie pétrolière et gazière, les services urbains.

-dans le secteur pharmaceutique, les laboratoires français commencent à localiser une partie de leur production en Russie. Cinq groupes pharmaceutiques français sont implantés en Russie : Sanofi-Aventis, Servier, Boiron, Ipsen et Pierre Fabre. Parmi eux, les groupes Sanofi-Aventis et Servier possèdent des sites de production en Russie.

-dans d’autres secteurs industriels, les entreprises françaises sont également présentes : Alstom est implanté en Russie depuis 2007 par le biais d’une joint-venture avec Atomenergomash destinée à produire des turbines pour les centrales nucléaires russes. Enfin, Air Liquide possède en Russie plusieurs unités de fabrication de gaz.

http://www.tresor.economie.gouv.fr/10943_les-IDE-et-la-presence-francaise-en-russie

Publicités

Une réflexion sur “Les investissements directs étrangers et la présence française en Russie

  1. Pingback: L’écrivain d’origine russe Andreï Makine entre à l’Académie française | 1,2,3 traduction-russe

Laisser un commentaire Ваш комментарий

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s